Présentation

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Découvertes...

  • P1060979
  • ScultureJardin2
  • P1060707
  • Elvire Spirale Serpent
  • P1060750
  • P1060788

Recherche

Créer un Blog

Samedi 22 janvier 6 22 /01 /Jan 10:09

A LIRE AVANT TOUTES AUTO-MEDICATION !!!!

 

Bonjour à tous et toutes,

Après avoir été une promotrice acharnée des sels de Schussler, j'en reviens : Je pense que c'est une très bonne thérapie, appliquée par un thérapeute qui a étudié le sujet à fond, mais pas en auto-médication.

Pour infos, j'ai arrêté les sels de Schussler, parce que ça ne résolvait pas mes problèmes de fond et que j'ai à un moment été trop loin dans l'auto-médication en n'allant pas voir un médecin assez vite, ce qui fait qu'un rhume a évolué en bronchite et que j'ai mis 2 mois 1/2 à 3 mois à m'en sortir... Il faut dire que j'avais aussi un gros stress familial qui avait causé cela...

A un moment, j'ai même dû prendre une dose de Natrum muriaticum en 200K (qui a les 200 vibrations de 1K à 200K, alors qu'une dose en CH ou DH n'a qu'une vibration, donc c'est plus puissant et à utiliser seulement sur les conseils d'un médecin. C'est plus cher et pas remboursé). Cette dose m'a fait un bien fou physiquement et moralement, et j'ai eu l'impression de renaître... D'après mon homéopathe, je me serais "auto-intoxiquée" avec beaucoup de natrum muriaticum en 6 DH en auto-médication pendant des mois, et cette dose en 200K m'aurait nettoyé celà...

Du coup, vous comprendrez que je n'ai plus envie de continuer l'auto-médication, même si ça semble rendre service et que c'est moins cher...

Donc j'ai pris conscience qu'il me fallait aussi avoir l'humilité de reconnaître que je ne sais pas tout, même si ça fait plus de 20 ans que je lis des livres sur le sujet... Un (bon) médecin, lui, a fait au moins 7 ans d'études sur le sujet, avec stages pratiques, observation des réactions de ses patients s'il exerce depuis un moment, etc...

Voilà, il faut savoir faire son méa-culpa.
Je vous prie de m'excuser si à cause de mes infos vous avez pu faire des erreurs concernant votre santé...  smile/eek.gif  

Je pense que des graînes germées prises régulièrementc'est riche en vitamines et minéraux, ça coûte 3 fois rien et c'est beaucoup plus sûr(je les mélange à de la compôte pour le goût !). Et puis se trouver un bon médecin homéopathe...!

Amitiés à tous et à toutes   

 

Bonjour, 

En plus du site très complet : http://www.medecinesnaturelles.com/pages/sante/selsSchussler/index.php ,
Je vous copie quelques informations en plus sur les 12 sels de Schussler : 

http://www.buddhaline.net/article.php3?id_article=516 :

Article : "Les sels de Schüller, une biothérapie parmi les meilleures"."Les sels de Schüssler comptent parmi les meilleures biothérapies, au côté de l’homéopathie, de la lithothérapie ou de la phytothérapie". Par Alexandre Koehler 

L’origine 

C’est un médecin homéopathe, le docteur Wilhelm Schüssler, qui, en 1872, créa une nouvelle méthode médicale, qu’il appela tout d’abord Thérapeutique biochimique (...) 

Ces sels minéraux de Schüssler, au nombre de douze, furent choisis comme base thérapeutique pour avoir été décelés dans l’organisme humain, à partir des analyses réalisées à l’époque.

C’est du constat des perturbations qu’entraînaient leur carence, que Schüssler, à la suite des travaux de Virchow sur la pathologie cellulaire, déduisit que les maladies avaient pour origine des déséquilibres minéraux dans certaines cellules.

Ces douze médicaments minéraux, directement empruntés au répertoire homéopathique, et présentés également sous forme dynamisée, visaient avant tout à restaurer la faculté de régulation de l’organisme, en tenant évidemment compte de la constitution du patient.

Une médecine de terrain 

Pour comprendre l’importance de la découverte de Schüssler au siècle dernier, rappelons quelques notions.

Tout d’abord, il faut savoir que les cinquante milliards de cellules composant le corps humain se renouvellent tous les trois ou quatre mois, à l’exception des cellules sanguine dont le cycle est plus rapide, et des cellules osseuses qui sont plus lentes dans ce même domaine. Or, ces cellules nouvelles, selon la façon dont elles vont être nourries, notamment en sels minéraux, pourront bénéficier d’un fonctionnement optimisé ou, au contraire, perturbé.

C’est pourquoi, lorsqu’on s’intéresse en premier chef à l’état de la cellule, on peut penser qu’une complémentation tendant à équilibrer les teneurs en sels minéraux au sein de cette cellule est à même de rétablir la santé en l’espace des quelques mois nécessaires au renouvellement cellulaire, voire en beaucoup moins de temps lorsque le cas est bénin.

Ainsi, selon Schüssler, les douze sels minéraux présents dans le sang et les tissus sont tout à fait indiqués comme remèdes fonctionnels, chacun d’entre eux ayant une influence sur des fonctions organiques bien précises. Les potasses, par exemple, agissent sur le système nerveux ; alors que les sodiques contrôlent les fluides…

Cette méthode est donc beaucoup plus proche d’une médecine de terrain, telle que la pratiquent les naturopathes, que d’une médecine symptomatique basée sur la lutte contre l’agent pathogène extérieur. Schüssler ne disait-il pas, d’ailleurs, que “ la question de savoir s’il y a une maladie ou non, si la maladie dépend ou ne dépend pas de germes ou de bacilles, n’a aucune importance dans le traitement bio-chimique, parce que ce traitement va à la cause, base du dérangement, en apportant aux cellules les sels dont elles ont besoin, afin qu’une condition normale puisse exister et ainsi détruise le foyer de propagation des germes et des bacilles ”.

Un mode d’emploi très simple 

Les sels de Schüssler, comme on l’a dit, sont seulement au nombre de douze, bien qu’il en existe une douzaine d’autres, complémentaires, dont s’est enrichie la méthode après Schüssler. Quoi qu’il en soit, leur nombre réduit autorise une vue d’ensemble à la portée de tous les utilisateurs.

Dans les cas bénins, où même pour des pathologies plus profondes déjà identifiées par un diagnostic médical, il est donc extrêmement facile à chacun de trouver le ou les sel(s) approprié(s) à son problème.

Il sera, par exemple, indiqué, en tout début de rhume, de laisser fondre sur la langue une tablette de Phosphatée ferrique toutes les deux heures.

Mais on ne peut que recommander la prudence, tant qu’un trouble n’est pas diagnostiqué par un médecin.

Les sels de Schüssler se présentent habituellement sous forme de tablettes, ou encore en poudre. Les tablettes (= granules) étant déjà dosées, c’est la poudre qui, en tant que forme la plus ancienne et la plus orthodoxe, fera l’objet d’un mode d’emploi particulier.

Les sels se prendront donc à raison de trois mesures pour les compositions calciques, et de quatre mesures pour les compositions potassiques. Ces mesures se mélangent à un verre d’eau que l’on boira par petites gorgées tout au long de la journée.

Lorsque le traitement comporte différents sels, il est généralement recommandé de faire alterner d’un jour à l’autre les calciques et les potassiques.

Enfin, il est utile de savoir que l’on considère qu’une combinaison de sels évite toujours la constipation.

Les douze sels 

1/ Calcium phosphoricum (= Phosphatée calcique = Calcarea phosphorica) : Entrant pour 57% dans la composition des os, le phosphatée calcique est évidemment indispensable à la formation et à la conservation du système osseux. Sa carence entraîne des difficultés digestives et des formations excessives de mucus, responsables des rhumes et, à un stade carentiel supérieur, de la tuberculose ou du goitre.

On l’indique dans les cas de : rachitisme, sinusite des rachitiques, problèmes de dentition, mauvaise assimilation alimentaire, douleurs dorsales, toux chroniques, inflammation des amygdales, polype nasal, rhumes, migraines, fractures, pertes de mémoire...

2/ Calcium sulfuricum (= Sulfatée calcique = Calcarea sulfurica) : Ce sel minéral préside aux éliminations des déchets pris en charge par le sérum sanguin et déversés dans tous les conduits humides du corps : nez, bouche, yeux, gorge, estomac, œsophage, vessie...

On l’indique en cas de : suppurations, anémie, ulcère de l’estomac...

3/ Calcium fluoricum (= Fluo-calcique = Calcarea fluorica) : Le fluorure de calcium se trouve en surface, de la peau, des os ou des dents. Sa carence entraîne un relâchement ou une dilatation des fibres élastiques de l’épiderme.

Le fluo-calcique est donc indiqué dans toutes les pathologies où il y a manque de substances formant les cellules épidermiques, mais aussi l’émail des dents, la surface des os, ou les parois des vaisseaux sanguins. Plus précisément en cas de : varices, hémorroïdes, hémorragies utérines, perforations abdominales, durcissement des glandes, tumeurs...

4/  Ferrum phosphoricum (= Phosphatée ferrique) : On connaît l’importance du fer. Une carence de fer dans le sang, et la santé est gravement en danger ! Aussi conseille-t-on de prendre du phosphatée ferrique presque systématiquement en cas de fièvre ou de malaise ; et plus particulièrement en cas de : maux de tête congestifs, hémorragies, inflammations, apoplexie, congestion pulmonaire, pneumonie, arthrite, varices, rhumatismes, tendance aux rhumes...

5/ Kalium Muriaticum (= Chlorurée potassique = Kalium Chloratum ) : Attention : le chlorurée potassique n’est pas le Chlorate de potassium. Ce chlorurée potassique a pour fonction de maintenir le taux de fibrine dans le sang, en association avec l’oxygène et les albumines.

On l’indiquera en cas de : paresse hépatique, cystite chronique, inflammation rénale, excès d’acide urique, menstrues irrégulières, gencives gonflées, asthme, embolies, goutte, anthrax...

6/ Kalium phosphoricum (= Phosphatée potassique) : Le champ d’action de ce sel est le système nerveux central. Aussi trouve-t-il tout naturellement sa parfaite indication lorsqu’il y a fatigue physique et cérébrale, ou nervosisme.

On l’indique, plus précisément, en cas de : trac, timidité, pertes de mémoire, migraines, névralgies, vertiges, irritabilité, hystérie, dépression, anxiété, cyclothymie…

7/ Kalium sulfuricum (= Sulfaté Potassique) : Ce sel intervient dans le transfert de l’oxygène, notamment vers la peau et les cellules épithéliales. Sa carence entraîne de la fatigue, de la frilosité, des palpitations cardiaques, de l’anxiété, de la tristesse, des migraines, ou des douleurs...

On l’indique en cas de : peau sèche, lèvres sèches, soif, hémorroïdes internes, bronchites, enrouement, mastoïdite, sueurs froides, constipation chronique, maladies vénériennes...

8/ Magnesium phosporicum (= Phosphatée magnésique = Magnésia phosphorica) : On trouve avant tout ce sel dans les fibres nerveuses et musculaires, et en particulier les fibres blanches. Ce sont d’ailleurs ces dernières qui, en se contractant, provoquent des spasmes ou des crampes lorsque le Phosphatée magnésique vient à manquer dans l’organisme. On l’emploiera donc comme anti-spasmodique, éventuellement en association avec le Phosphatée calcique, s’il ne suffit pas.

On l’indique dans les cas de : crampes, douleurs aiguës, migraines dues au surmenage intellectuel, névralgie auriculaire, maux de dents, constipation infantile, entérite, hémorroïdes, règles douloureuses, tremblements manuels, insomnie par excès de fatigue...

9/ Natrum Muriaticum (= Natrium chloratum = Chlorurée sodique) : Avec le Phosphatée calcique, le Chlorurée sodique est le sel le plus présent dans l’organisme. En fait, ce sel agit sur toutes les fonctions organique en association étroite avec l’eau. C’est dire son importance ! Et c’est dire également à quel point il participe à l’élimination des déchets.

On l’indique en cas de : coups de soleil, delirium tremens, œdèmes des jambes et des chevilles, insomnie, soif, eczéma, fatigue du réveil, problèmes d’insalivation, cauchemars, maux de tête, névralgies oculaires, pellicules, dépression…

10/ Natrum phosphoricum (= Phosphatée sodique) : Sel dont la carence est souvent à l’origine de l’excès d’acidité dans l’organisme, le phosphatée sodique trouve son emploi dans les cas de fermentations digestives et de dysfonctions biliaires.

On l’indique lorsqu’il y a : constipation, acidité, gastralgies, maux de tête d’origine hépato-biliaire, ulcères d’estomac, cystite, coliques infantiles, rachitisme (en association avec le Phosphatée calcique et le Phosphatée potassique), vers, arthrite (en association avec le Chlorurée potassique et le Silicique)…

11/ Natrum sulfuricum (= Sulfatée sodique)) : La première fonction de ce sel consiste à équilibrer la répartition d’eau dans les tissus organiques, le sang et les fluides corporels.

Il trouve ses indications dans les cas de : goutte, congestion hépatique, hépatisme, obésité, asthme, lourdeurs d’estomac, amertume dans la bouche, hypersensibilité du cuir chevelu, maux de tête accompagnés de vomissements, dépression…

12/ Silicea (= Silicique) : Ce douzième et dernier sel est considéré comme “ [g]le chirurgien du corps [/g]”. En fait, sa carence entraîne le retardement de la suppuration et, par la même occasion, se trouve à l’origine de vives douleurs. De plus, selon le docteur Carey, “ une déficience de Silicique produit une condition mentale qui rend la faculté de penser difficile et pénible ”.

Il est donc indiqué en cas de : neurasthénie prolongée, abstraction mentale, perte des cheveux, petites tumeurs sur les paupières, cataracte, mastoïdite, pyorrhée, abcès du foie, prostatite, bronchite... 

 

Le CONSEIL du Naturothérapeute

Il peut être très bénéfique de faire une cure du mélange complet des 12 sels de schussler, 2 fois par an, au printemps et à l'automne.

Je vous suggère dans ce cas de faire préparer le mélange complet à la pharmacie suivant la formulation suivante :

Calcaréa Phos, Calcaréa Sulf, Calcaréa fluo, Ferrum Phos, Kali Mur, Kali Sulf, Kali Phos, Magnésia Phos, Natrum Mur, Natrum Sulf, Natrum Phos, Silicéa 
à 6 DH en QSP trituration 30 grammes

Posologie : 3 dosettes à mélanger dans 1/2 verre d'eau, et à boire lentement. 2 fois/jour, le matin au réveil et le soir au coucher - continuer jusqu'au bout de la boite.

( la dosette est livrée avec la préparation) 

 

Un autre site : http://www.maisonradical.ca/Herbasante/pc_221.htm

Calcarea Fluorica : Ce sel est utilisé pour les caries dentaires; favoriser la dentition du nourrisson associé au calcarea phosphorica; améliorer les fissures, les gerçures, les fistules anales; améliorer les furoncles, les anthrax, les hémorroï:les, les varices, les hémorragies (associé à ferrum phosphoricum); faciliter l' accouchement; dans les indurations des tissus, dans les cas de fibromes, nodosité des seins et des glandes (ne pas hésiter dans ce cas à faire appel à votre médecin traitant pour­ avoir un diagnostic) ; dam le cas de lumbago aggravé par le repos et le froid humide amélioré par le mouvement et la chaleur sèche; dans la cataracte, associé à kalium muriaticum. 

Calcarea Phosphorica C'est essentiellement un remède pour enfant quand la dentition est lente et difficile; suture de la fontanelle, rachitisme, diarrhée, affections des muqueuses (trachéite, rhino-pharyngites, angines, bronchites); leucorrhée des jeunes filles pâles, anémiées. C'est également le remède des femmes enceintes pour prévenir les caries; le remède des ptôses (en effet, il participe à la consolidation des tissus de soutien: estomac, prolapsus utérin,...); eczéma, dartres; rhumatismes influencés par les changements de température; dissolution de certains calculs rénaux; favorise la coagulation dans différentes hémorragies; fractures (en association avec d'autres sels calcaires et silicea). 

Ferrum Phosphoricum inflammation au début; état fébrile pour une température inférieure à 39°C; contusion, foulure, luxation, plaies, lumbago; remède d'urgence (hémostatique, analgésique, fébrifuge, tonique). 

Kalium Muriaticum (= Chloratum) : Ce sel est essentiellement utilisé comme remède d'accompagnement aux remèdes anti-infectieux et antiseptiques. On l'utilise dans les affections eczémateuses; sécrétions épaisses, visqueuses, dans les affections catarrhales; conjonctivites, blépharites; catarrhe des trompes d'Eustache et de l'oreille; hémorragie à sang noir... 

Kalium Phosphoricum : C'est un fortifiant par excellence, à la fois antispasmodique et tonique du système nerveux. On l'utilise aussi bien chez l'étudiant fatigué par un effort intense que chez les personnes soumises à un effort intellectuel.

Kalium Sulfuricum : C'est le sel de la convalescence, permettant l'évacuation de l'urée, des cellules usées, bref des déchets, grâce à son action de désintoxication très centrifuge. 

Magnesia Phosphorica : C'est le remède des toux quinteuses spasmodiques, des spasmes gastriques, des sanglots convulsifs, des coliques néphrétiques et hépatiques, des spasmes, des règles douloureuses. C'est également le sel des névralgies intercostales, des torticolis, des sciatiques. Rien n'empêchera d'ajouter à ce sel de Schussler d'autres sels complémentaires tels que silicea ou un sel calcaire quelconque. 

Natrum Muriaticum (= chloratum) : Il est uti1isé comme reconstituant, anti-anémique, fortifiant Nous pouvons l' associer à d'autres sels de Schussler tels que silicea, les sels calciques, ferrum phosphoricum ainsi qu'évidemment kalium phosphoricum. Toutes ces considérations font que l'utilisation de tous les sels combinés peuvent très souvent rendre de grands services. On peut l'associer facilement au suivant :

le Natrum phosphoricum qui, lui, est surtout utilisé comme anti-acide, antilithiasique, antinévralgique, antirhumatismal, comme fortifiant et sthénique, anticatarrhal et diurétique... 

Natrum Sulfuricum : C'est le remède des rhumatismes aggravés par temps humide. Il favorise l'élimination. Antitoxique sur le foie. 

Silicea : Grand remède de la suppuration et de la déminéralisation, il est le grand remède complémentaire de tous les autres sels de Schussler. En effet, on l'utilise dans: les troubles de la nutrition; rachitisme (complément de calcarea phosphorica et calcarea fluorica); épiderme (abcès, furoncle, herpès, alopécie); tissu conjonctif avec résorption de toutes les indurations; atteintes des muqueuses (bronchorée, coryza, avec liquide clair ou laiteux); système nerveux (diminution de tonicité, faiblesse au moindre travail intellectuel, céphalée des étudiants, qu'il faudra compléter par kalium phosphoricum); névralgie. 

Calcarea Sulfurica : C'est le parent pauvre des sels de Schussler. On l'utilise dans les suppurations d'abcès, dans toutes les suppurations qui n'en finissent plus, dans les angines traînantes... 

L'association combinée de tous les sels de Schussler a une importance au niveau du terrain puisque, en effet, ils agissent sur l'ossification, sur le système veineux, sur le cerveau et les cellules humaines, sur les nerfs, sur les spasmes, sur les muscles, et sur l'organisme d'une façon générale

Les sels de Schussler exercent aussi une action sur les suppurations, la re minéralisation, les caries dentaires, les varices, les hémorroïdes, les indurations, le rachitisme, la dentition, les états fébriles, l'inflammation, l'anémie, les sécrétions épaisses, les spasmes, enfin les suppurations chroniques de même que les angines traînantes. 

L'utilisation des sels de Schussler combinés a son importance non seulement au niveau des affections aiguës mais surtout sur les affections chroniques et sur le terrain du patient.

Du nourrisson à la maman, avant ou pendant l'accouchement, à l'adulte dans sa vie courante, les sels de Schussler peuvent non seulement apporter un excellent complément alimentaire mais aussi un bien-être de façon à prévenir les maladies de carence, et les maladies de structure, voire même les affections chroniques aiguës

 http://www.maisonradical.ca/Herbasante/pc_221.htm

 

le "chlorumagène" (environ 8 euros en pharmacie et ça te dure entre 1 et 4 mois selon les doses que tu prends) : c'estla forme la plus assimilable du chlorure de magnésium, donc valable même aussi pour les personnes qui ont les reins faibles.

C'est bien meilleur au goût que le chlorure de magnésium, ou même que le nigari (qui lui est déjà plus naturel que le chlorure de magnésium). En fait ça n'a pas de goût. La posologie est de 1/2 cuill à café 1 à 2 fois par jour. Il faut en prendre 3 semaines, puis faire une pause.

Mais l'amie en question a commencé beaucoup plus "léger" avec 1/8 à 1/4 de cuill à café, pour ne pas risquer les diarrhées (élimination positive pour le corps, mais pas pratique si tu dois sortir).

Il y a tout un sujet qui explique très bien sur le forum "on nous cache tout". 
Infos sur cholure de magnésium et chlorumagène http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?act=ST&f=20&t=2633
Détails sur le chlorumagène : http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=7773&hl=chlorumagène

Par la.curieuse.over-blog.com - Publié dans : Santé
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus